16 Décembre • Assemblée Générale
 
 

  L'ISNCCA

  Statuts

  Informations

  Liens

  NewsLetter

  Partenaires

Communiqué de presse

Retour   Envoyer à un ami  Imprimer 

 

Statut des CCA-AHU

Posté par Céline GAGNEPAIN, le Jeudi 13 Avril 2006

 

LES CHEFS DE CLINIQUE ENTRE INQUIÉTUDE ET COLÈRE

L’Inter Syndicat National des Chefs de Clinique Assistants souhaite interpeller le Ministre de la Santé, Xavier BERTRAND, sur les conditions actuelles des discussions entre les organisations représentatives des médecins hospitaliers et le Ministère de la Santé. Nous sommes en effet inquiets de l’immobilisme qui s’est peu à peu installé au sein des différents groupes de travail auxquels nous participons.

Les discussions statutaires concernant les Chefs de Cliniques Assistants n’avancent pas, principalement par le manque d’engagement du Ministère de la Santé sur ce dossier, nos interlocuteurs de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche semblant tout de même plus motivés. Elles sont pourtant un préalable indispensable afin de restaurer une attractivité satisfaisante des carrières hospitalières et hospitalo-universitaires. Rater ce rendez-vous accentuerait le désarroi des Chefs de Clinique Assistants, à l’origine pour partie de leur engagement massif en libéral, alors qu’ils sont issus de l’élite de la formation en médecine spécialisée, et donc devraient être les futures têtes de l’encadrement hospitalier et hospitalo-universitaire de demain. Quel dommage...

Nous notons par ailleurs que les négociations concernant le statut des Praticiens Hospitaliers et pour lesquelles nous sommes concernés au premier rang se sont totalement enlisées. Certaines mesures ne sont toujours pas appliquées, comme la mise en place de la part complémentaire variable pour laquelle les discussions ont abouti à un consensus. Il en est de même des discussions concernant la revalorisation de la permanence des soins. D’autres comme les procédures de nomination et d’affectation sont étudiées en comité de suivi afin de trouver une position voulue consensuelle pour aboutir finalement à une prise de décision unilatérale du Ministre, en complet désaccord avec l’ensemble des syndicats médicaux.

Concernant la médecine libérale, la mise en place du parcours de soins impacte gravement les revenus et la qualité de la pratique de nos jeunes confrères qui s’installent actuellement dans certaines spécialités, comme l’endocrinologie, la dermatologie ou encore l’oto-rhino-laryngologie. Cette situation est inacceptable car injuste et inéquitable.

Les jeunes médecins spécialistes que nous représentons, issus de la voie d’excellence qu’est le Clinicat hospitalo-universitaire, sont très inquiets. Cette inquiétude est en passe de se muer en colère. Il est urgent que le Ministre de la Santé se penche sur ce profond malaise, dans le cadre d’une concertation efficace et sans à priori.

Docteur Stéphane LITRICO
Président de l’ISNCCA

Docteur Olivier GUÉRIN
Vice-Président de l’ISNCCA

Develop'it Copyright © ISNCCA 2005-2017 - Mentions légales