16 Décembre • Assemblée Générale Extraordinaire
 
 

  L'ISNCCA

  Statuts

  Informations

  Liens

  NewsLetter

  Partenaires

ActUalité

Retour   Envoyer à un ami  Imprimer 

 

France Culture 23/10/2007

Posté par Céline GAGNEPAIN, le Mardi 23 Octobre 2007

 

Fichiers joints :
20071023_France_culture_Demographie_medicale.pdf

 

France Culture "Du grain à moudre" par Brice Couturier et Tara Schlegel
Émission du mardi 23 octobre à 17h00

La démographie médicale

Wanted médecins
C’est une affiche de couleur ocre – qui imite les placards qu’on devait trouver dans l’Ouest américain. Mais ce n’est pas une chasse aux bandits, bien au contraire On y voit trois silhouettes de jeunes étudiants en médecine – visiblement ravis, auxquels le conseil général a offert une bourse.
8 400 euros la première année. 12 000 la seconde, puis 18 000 en 3ème année expliquent les trois tampons imprimés sous les visages.
Un bandeau rouge barre l’affiche avec le nom du département « Allier 03 ».
Dans le désert médical qu’on nous annonce, cette campagne publicitaire à la mode cow-boy pourrait séduire quelques dizaines d’étudiants. C’est d’ailleurs le chiffre que visent les autorités locales, puisqu’elles expliquent qu’une trentaine de praticiens auront fermé leur cabinet d’ici 10 ans, et qu’il est crucial pour le département de l’Allier leur trouver des remplaçants. D’où cette idée de payer une partie des études, contre l’engagement de venir s’installer quelques années au pays.
Cette initiative est encore trop récente pour qu’on puisse vraiment en dresser le bilan. Mais elle tranche, par son caractère incitatif, avec le discours du gouvernement.
Depuis quelques mois, en effet, il est question de revenir sur l’un des principes fondateurs de la démographie médicale, en France, à savoir la libre installation des praticiens.
Cette règle date 1927 – et elle a de tous temps débouché sur de réelles inégalités géographiques.
Seulement ces disparités auraient tendance à se creuser ces dernières années. L’Atlas annuel de l’Ordre des Médecins – qui cartographie l’implantation des généralistes et des spécialistes se veut alarmant.
Certes le nombre de médecin a beaucoup progressé sur notre territoire, depuis 1979 – date où l’Ordre
national a commencé ses recensement.
Nous ainsi sommes passés de 206 médecins pour 100 000 habitants, à 340 en moyenne aujourd’hui pour 100 000 habitants.
Mais la France est bien coupée en deux.
Avec un Sud, où les praticiens abondent (plus de 410 médecins 100 000 personnes sur la Côte d’Azur) et un Nord et une région Centre où se soigner devient un casse-tête.
Pire quand on prend certaines spécialités, les écarts sont vraiment préoccupants et Roselyne Bachelot, la Ministre de la Santé a beau jeu de citer la Lozère, totalement dépourvue de pédopsychiatres quand le département de l’Hérault (voisin) en compte une bonne trentaine.
Cette réalité, personne ne la conteste. Tous les acteurs du monde médical savent même qu’il faut y remédier sérieusement.
La question étant bien sûr de savoir « comment ».
Or le traitement proposé par le gouvernement est jugé trop amère par les jeunes médecins.
Il s’agit ni plus ni moins de limiter leur liberté d’installation, en jouant sur le porte-monnaie et la menace de déconventionner, ceux qui vont s’installer dans les zone trop bien dotées.
Face au bâton brandi par Matignon, les internes, chefs de cliniques, assistants et externes se sont mis en grève, la semaine dernière. Leurs syndicats refusent ces méthodes coercitives et prônent plutôt des solutions incitatives.

Invités :
Fabien Quedeville Président de Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes
Claude Evin Ancien Ministre de la Santé, Président de la Fédération hospitalière en France
Martin Winkler Médecin, écrivain
Michel Régéreau Président de la Caisse Nationale d'Assurance Maladie

Develop'it Copyright © ISNCCA 2005-2017 - Mentions légales