L'ISNCCA

  Statuts

  Informations

  Liens

  NewsLetter

  Partenaires

ActUalité

Retour   Envoyer à un ami  Imprimer 

 

Le Quotidien du Médecin - 27/06/2007

Posté par Céline GAGNEPAIN, le Mercredi 27 Juin 2007

 

Fichiers joints :
20070627 Quotimed Reforme universitaire.pdf

 

Malgré le report de la réforme des universités

LA COLÈRE GRONDE DANS LES FACS DE MÉDECINE

L'heure est à la mobilisation générale dans les facultés de médecine. Tout d'abord, l'Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf) appelle à une manifestation nationale jeudi à Paris pour exiger «le retrait total et définitif de l'épreuve de lecture critique d'article (LCA) des ECN», qui remplacent le concours de l'internat depuis 2005 (« le Quotidien » du 22 juin). L'annonce, par la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, du maintien de la LCA aux ECN de 2008 constitue pour l'Anemf «un manquement à la parole donnée» et une «rupture de l'égalité des chances», dans la mesure où les étudiants y ont été préparés de manière inégale selon les facultés.

L'Anemf promet d'ores et déjà que «l'été 2007 sera chaud dans les facultés de médecine» si Valérie Pécresse ne reçoit pas ses représentants jeudi à l'issue de la manifestation.

Sarkozy prend le dossier en main. Par ailleurs, la colère gronde aussi contre le projet de loi sur la réforme de l'autonomie des universités. Après le rejet du texte vendredi par une majorité de représentants de la communauté universitaire au Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (Cneser, instance consultative), le président Sarkozy a repris le dossier des mains de la ministre de l'Enseignement supérieur.

Le chef de l'Etat a renoué le dialogue à l'Elysée en compagnie du Premier ministre, François Fillon, et de Valérie Pécresse, recevant lundi les représentants de la Conférence des présidents d'université (CPU), puis les fédérations de personnels et d'enseignants-chercheurs et les organisations étudiantes hier. En début de semaine, l'Elysée a annoncé d'emblée que le projet de loi ne serait plus examiné en Conseil des ministres ce mercredi, mais «vraisemblablement» le mercredi 4 juillet. David Martinon, porte-parole de la présidence de la République, a expliqué que le chef de l'Etat «souhaitait voir les principales parties prenantes à la réforme» et «en tirer les conclusions» avant de soumettre le texte au Conseil d'Etat.

Cette reculade n'a pas suffi à rassurer les syndicats représentant les internes des hôpitaux (ISNIH) et les chefs de clinique (ISNCCA). Ils s'interrogent toujours sur la prise en compte de la spécificité des facultés de médecine, chargées d'une triple mission d'enseignement, de recherche et de soins. «Que va faire le gouvernement du petit délai qu'il se donne?, s'interroge Olivier Mir, président de l'Isnih. Il faut que l'on soit entendus et écoutés car nous n'avons toujours pas de réponses à nos interrogations.» Si les facs de médecine n'ont plus leur mot à dire sur les nominations et dépendent d'universitaires non soignants, l'Isnih redoute «une diminution du nombre de postes d'enseignants» à l'avenir, ce qui «nuirait à la carrière hospitalière en l'absence de débouchés».

Pierre Loulergue, président de l'ISNCCA, réclame aussi «un engagement clair, écrit» sur les nominations afin que les postes d'hospitalo-universitaires ne soient «pas mis en balance» avec des postes d'enseignants universitaires, du fait de leur «composante soins». «Il faut que l'on soit absolument dans une dynamique de créations de postes de chefs de clinique», fait-il valoir, du fait de l'augmentation du nombre des internes. En l'absence d'assurance sur une «enveloppe à part» pour les postes de chef, Pierre Loulergue ne cache pas qu'il y a du préavis de grève des gardes et de soins dans l'air. «La base se mobilise et cela monte, cela chauffe très vite...», selon le responsable de l'Isncca. Demain, la Conférence des doyens, la Conférence des présidents de CME des CHU et la Conférence des directeurs généraux de CHU feront part de leurs «vives inquiétudes» vis-à-vis du projet de réformes. A bon entendeur...

> AGNÈS BOURGUIGNON

Develop'it Copyright © ISNCCA 2005-2017 - Mentions légales