16 Décembre • Assemblée Générale Extraordinaire
 
 

  L'ISNCCA

  Statuts

  Informations

  Liens

  NewsLetter

  Partenaires

ActUalité

Retour   Envoyer à un ami  Imprimer 

 

APM - 06/04/2006

Posté par Céline GAGNEPAIN, le Jeudi 13 Avril 2006

 

SUJET : HOPITAL PRATICIEN SYNDICAT AFFECTATION ACTION MINISTERE

TITRE : Statut des praticiens des hôpitaux: les quatre organisations syndicales envisagent de recourir à la grève si le ministre ne les entend pas

PARIS, 6 avril (APM) - Les quatre organisations syndicales représentant les praticiens des hôpitaux se sont déclarées prêtes jeudi à lancer des actions plus fortes, voire des grèves, si le ministre de la santé ne tient pas compte de leur opposition à ses propositions, notamment à une affectation locale par le directeur.

Les présidents de la Coordination médicale hospitalière (CMH), François Aubart, de l'Intersyndicat national des praticiens hospitaliers (INPH), Rachel Bocher, de la Confédération des praticiens des hôpitaux (CPH), Pierre Faraggi, et du Syndicat national des médecins, chirurgiens, spécialistes et biologistes des hôpitaux publics (Snam-HP), Roland Rymer, ont rejeté unanimement les propositions du ministre de la santé lors d'une conférence de presse commune organisée à l'occasion de la journée d'action.

La proposition d'affectation locale dans un pôle par le directeur avec le président de la commission médicale d'établissement (CME) et le responsable de pôle a été qualifiée de "délétère pour l'hôpital public", "inacceptable", "sale coup porté à l'hôpital", "attaque à l'indépendance professionnelle" et de "caporalisation de l'exercice médical".

La journée d'action se limite toutefois mardi à une sensibilisation des médias, à la distribution de tracts aux patients et à l'organisation d'assemblées générales dans les établissements, de réunions locales et de rendez-vous avec les agences régionales de l'hospitalisation (ARH).

Les quatre organisations n'excluent pas de muscler l'action et de passer à la grève si le ministère ne change pas ses positions.

"Aujourd'hui, nous lançons un signal d'alerte mais si des propositions plus satisfaisantes ne nous sont pas adressées dans un délai rapide, bien évidemment, c'est dans le cadre d'un mouvement de grève que les praticiens auront à s'engager, mouvement à organiser le plus tôt possible, dès début mai", a mis en garde Pierre Faraggi, sans vouloir toutefois lancer un "ultimatum".

François Aubart a déclaré n'avoir "aucune inquiétude" et être "sûr que le ministre retirera son projet et qu'il a absolument entendu le message" de la communauté hospitalière. "Mais s'il lui venait à l'esprit de persévérer, je crois que nous lui mettrons les points sur les i", a-t-il souligné.

Les quatre présidents ont souligné qu'ils dénoncent unanimement le manque de concertation. Rachel Bocher a dénoncé le manque de dialogue en déplorant que "la méthode Villepin fait des ravages et est contagieuse".

Ils refusent aussi d'une seule voix les propositions du ministre même si leurs positions peuvent ensuite diverger.

Ils refusent "bec et ongles" que "l'administration soit tutélaire de nos affectations, que nos affectations soient bureaucratisées et, tout en ayant conscience que nous avons une responsabilité économique, que nos affectations soient dépendantes du seul enjeu économique", a souligné François Aubart.

Répondant à une question sur la solidité de l'union des quatre organisations syndicales, celle-ci s'étant déjà rompue sur d'autres sujets, le président de la CMH a précisé que son intersyndicat s'engage à refuser toute affectation par le directeur.

La CMH et le Snam-HP estiment néanmoins nécessaire de revoir les procédures de nomination et d'affectation qui actuellement peuvent être très longues. Ils considèrent que l'affectation peut être déconcentrée chaque fois que, localement, le pôle, la commission médicale d'établissement (CME) et le conseil exécutif sont d'accord.

La nécessité de changer les procédures semble moins évidente à l'INPH. "Quel est l'intérêt de cette mesure alors que l'hôpital public traverse une crise majeure non seulement démographique mais aussi financière? Est-il bon de fragiliser le seul élément stable de l'hôpital que sont les PH?", s'est interrogée Rachel Bocher.

Pour réduire la longueur de la nomination et de l'affectation, elle a suggéré d'établir une liste des postes de PH deux fois par an. La liste est publiée actuellement une seule fois par an, note-t-on.

MOUVEMENT SUIVI

Pierre Faraggi a par ailleurs indiqué que la pétition contre les propositions du ministère, lancée conjointement par l'INPH et la CPH, a déjà recueilli plus de 10.000 signatures sur les 35.000 PH.

Le vice-président de l'Inter Syndicat National des Chefs de Clinique Assistants des hôpitaux de ville de faculté (ISNCCA), Antoine Bruna, également présent à la conférence de presse, a déclaré que son organisation soutient le mouvement même si elle ne s'y associe pas pour le moment. "L'ISNCCA s'engagera dans une action contestataire forte dans les jours et semaines à venir si ce projet n'est pas retiré, en collaboration avec les intersyndicats de PH", souligne-t-il dans un communiqué.

A l'occasion de la journée d'action et en réaction au courrier de Xavier Bertrand adressé la semaine dernière aux PH, le Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes réanimateurs (SNPHAR), membre de l'INPH, a transmis à ses adhérents un courrier-type à renvoyer au ministre. Cette lettre demande non seulement l'abandon de l'affectation locale, mais également la suspension de l'attribution de la part variable de la rémunération aux chirurgiens.

Le Syndicat national des praticiens hospitaliers de centre hospitalo-universitaire (SNPH-CHU), membre de l'INPH, invite dans un communiqué tous les PH de CHU à "s'investir dans la préparation d'un grand mouvement unitaire de grève et de blocage administratif au cours du mois de mai si ses revendications n'aboutissent pas pour garder à l'hôpital public sa place au service de tous".

Le Syndicat national des médecins hospitaliers-Force ouvrière (SNMH-FO) a décidé d'appeler à la grève jeudi pour demander le retrait du projet de réforme statutaire des PH et l'ouverture de négociations.

L'association des médecins urgentistes (Amuf) participe jeudi aux actions aux côtés de la CPH et a appelé les médecins à travailler assignés.

cb/fb/APM polsan
CBJD6002 06/04/2006 17:38 ACTU

Develop'it Copyright © ISNCCA 2005-2017 - Mentions légales