16 Décembre • Assemblée Générale Extraordinaire
 
 

  L'ISNCCA

  Statuts

  Informations

  Liens

  NewsLetter

  Partenaires

ActUalité

Retour   Envoyer à un ami  Imprimer 

 

L'Avenir de la chirurgie

Posté par Céline GAGNEPAIN, le Mercredi 14 Septembre 2005

 

LES PROPOSITIONS DU CONSEIL NATIONAL DE LA CHIRURGIE ET DE L’ACADÉMIE DE CHIRURGIE
NE RÉPONDENT PAS A LA CRISE DES VOCATIONS


Les conclusions présentées par le Conseil National de la Chirurgie et l’Académie de Chirurgie ainsi que les propositions du Ministre de la Santé ne répondent pas à la crise de vocation qui touche la chirurgie.

Nombre de mesures proposées sont de nature à améliorer la qualité et l’efficience des soins, d’autres répondent en partie aux attentes des chirurgiens libéraux, certaines visent à moderniser l’exercice de la profession.

Nous soutenons donc la plupart de ces propositions dont certaines d’ailleurs sont évoquées au gré des différents rapports sur la profession médicale depuis plusieurs années.

Mais nous avons le sentiment que la problématique de la vocation chirurgicale n’a pas été réellement prise en compte dans ces réflexions. Les jeunes étudiants, véritables cibles des mesures destinées à promouvoir la carrière chirurgicale, ne mesurent que très peu l’impact de la baisse des primes d’assurance ou du regroupement des plateaux techniques sur leur exercice futur. La chirurgie leur est présentée comme une spécialité pénible, stressante qui s’exerce au détriment de leur qualité de vie. Ce discours aigri ne séduit guère les plus jeunes qui souffrent avant tout d’un déficit d’encadrement et d’enthousiasme au sein des services de chirurgie.

Les mesures incitant au choix de la carrière chirurgicale doivent concerner avant tout les étudiant en 2ème et 3ème cycle.

- Faire redécouvrir la chirurgie en ouvrant les portes du bloc opératoire aux étudiants dès les premières années d’étude.

- Rendre obligatoire la participation des étudiants de 2ème cycle à la vie du bloc opératoire avec une participation accrue et encadrée aux gestes techniques.

- Faire découvrir l’exercice libéral par le biais de stages en cliniques privées.

- Valoriser l’Internat de chirurgie en structurant et en évaluant l’acquisition des compétences pour permettre une responsabilisation progressive, notamment par la mise en place d’un carnet d’apprentissage des techniques opératoires.

Ces mesures doivent s’accompagner d’une valorisation des praticiens engagés dans l’enseignement et l’encadrement des plus jeunes. Le temps dévolu à cet enseignement doit être identifié et reconnu pour que l’enseignement au bloc ne soit pas vécu comme une contrainte. Les carrières universitaires à vocation pédagogique doivent être valorisées pour que les chirurgiens désireux de se consacrer à la recherche pédagogique, au sein des écoles de chirurgie proposées par le Ministre, puissent trouver là un épanouissement professionnel.

Ces mesures spécifiquement destinées à restaurer l’attractivité de la carrière chirurgicale auprès des plus jeunes n’ont pas, jusqu’alors, été mises en avant. De ce fait, les conclusions des rapports sur l’avenir de la chirurgie nous semblent plus tournées vers les praticiens en exercice que vers ceux qui devront assurer leur relève.

L’Inter Syndicat National des Chefs de Clinique Assistants souhaite que soit mieux prise en compte la dimension d’avenir de la problématique chirurgicale sous peine de ne pas répondre à la crise sévère que nous traversons aujourd’hui. Les mesures évoquées hier sont un début, mais le Ministre doit pouvoir mieux faire.

Pour l’ISNCCA,
Docteur Stéphane LITRICO

Develop'it Copyright © ISNCCA 2005-2017 - Mentions légales