16 Décembre • Assemblée Générale Extraordinaire
 
 

  L'ISNCCA

  Statuts

  Informations

  Liens

  NewsLetter

  Partenaires

ActUalité

Retour   Envoyer à un ami  Imprimer 

 

Le Figaro - 14/09/2005

Posté par Céline GAGNEPAIN, le Jeudi 15 Septembre 2005

 

Fichiers joints :
20050914 Article Le Figaro l__Avenir de la chirurgie.doc

 

HÔPITAUX : Deux rapports ont été rendus hier sur l'avenir de la chirurgie
Cent cinquante blocs opératoires menacés de fermeture

Catherine Petitnicolas
14 septembre 2005

«Il n'est pas question de fermer 150 établissements», a d'emblée tenu à rassurer le ministre de la Santé Xavier Bertrand soucieux de ne pas raviver les tensions qui touchent la fermeture des services publics de proximité. Il s'exprimait devant un parterre d'académiciens en chirurgie et en médecine, après avoir reçu les rapports du Conseil national de la chirurgie et de l'Académie de chirurgie. Ces rapports fixent le seuil de viabilité des blocs opératoires à un minimum de 2 000 interventions par an pour 50 000 habitants. Un état des lieux qui risque de signer l'arrêt de mort des quelque 150 petits établissements qui pratiquent moins de 2 000 actes par an.

«Si un service peut, à court ou moyen terme, présenter un risque en termes de sécurité pour le patient, il vaut mieux que celui se fasse opérer dans la même région, mais à 30 ou 40 km», a reconnu Xavier Bertrand jugeant que la recomposition de l'offre de soins est une nécessité. A charge ensuite pour les petits hôpitaux d'assurer le suivi post-opératoire du patient dans des lits «de suite» et de proposer également des consultations de chirurgie pour préserver cette proximité. «Mais nous ne choisirons pas des critères économiques pour décider si une activité chirurgicale doit être maintenue», a-t-il tenu à ajouter, précisant que la priorité reste et restera la sécurité des patients et la qualité des soins. «Je ne souhaite ni un immobilisme dangereux pour la pratique et les patients, ni des effets d'annonce profondément déstabilisants.»

Car, après la crise des petites maternités, le personnel soignant, les maires et l'ensemble de la population concernée par ces menaces de fermeture, risquent de monter au créneau et de manifester pour conserver leurs services de chirurgie, tout près de chez eux. «Même si la proximité n'est pas un gage de sécurité», a bien souligné le professeur Michel Malafosse, de l'Académie de médecine et de chirurgie.

Juste avant l'intervention ministérielle, le professeur Jacques Domergue, député de l'Hérault et président du Conseil de la chirurgie avait présenté une série de recommandations destinées à «redonner de l'attractivité» à cette spécialité. Car l'ancienne discipline reine des études de médecine traverse une période difficile. Désaffection des étudiants, postes non pourvus dans les hôpitaux, pénibilité de la profession encore aggravée par la judiciarisation galopante et la hausse exponentielle des tarifs d'assurance.

«Comme la démographie chirurgicale est en baisse, on ne pourra plus assurer la permanence des soins si on ne regroupe pas les spécialistes sur des plateaux techniques performants», a-t-il souligné, plaidant pour que l'on investisse dans des moyens de transport, voire même des hélicoptères pour acheminer au plus vite les blessés et les urgences chirurgicales vers ces pôles de haute technicité. «Mais pour l'heure de tels surcoûts n'ont pas été chiffrés», reconnaît ce spécialiste qui ne conserve une activité chirurgicale que d'une journée par semaine à l'hôpital.

Pour le professeur Guy Valancien chirurgien à l'Institut mutualiste Montsouris, faisant une synthèse des différents rapports. «Le concept de chirurgie générale est abandonné au profit de la reconnaissance de dix spécialités chirurgicales. La formation pratique aux gestes chirurgicaux fera appel à des «écoles de chirurgie» disposant de moyens modernes adaptés : simulateurs, robots, vidéo-transmission. Et il faut renforcer la coopération entre secteur public et privé.»

Mais pour les plus jeunes, la crise de la chirurgie ne sera pas résolue par ces mesures. Selon le docteur Stéphane Litrico, neurochirurgien à Nice et président de l'Intersyndicat national des chefs de clinique assistants des hôpitaux. «Il est dommage que l'on se serve d'un rapport sur l'avenir de la chirurgie pour nous présenter des mesures purement administratives et structurelles. Même si elles s'avèrent nécessaires.» Et le docteur André Mazac, jeune chirurgien en urologie à l'Institut mutualiste Montsouris (Paris) d'ajouter, «dans ces deux rapports, il n'y a pas de mesures concrètes sur la formation des jeunes internes. Le compagnonnage avec un chirurgien senior a disparu. Il faudrait remettre l'enseignement pratique sur le terrain, au coeur de la formation des jeunes.»

Develop'it Copyright © ISNCCA 2005-2017 - Mentions légales