16 Décembre • Assemblée Générale Extraordinaire
 
 

  L'ISNCCA

  Statuts

  Informations

  Liens

  NewsLetter

  Partenaires

ActUalité

Retour   Envoyer à un ami  Imprimer 

 

Clinicat

Posté par Céline GAGNEPAIN, le Jeudi 17 Juin 2010

 

Fichiers joints :
20100614 Communique de presse ISNCCA Clinicat.pdf

 

Les chefs de clinique entendent bien honorer les missions qui leur sont confiées

Les chefs de cliniques s’étonnent des échos donnés par le Quotidien du Médecin du 4 juin à la réunion de la Commission Nationale de l’Internat et du Post-internat (CNIPI) en date du 2 juin dernier.

Sur la forme tout d’abord. Les discussions en cours au sein de la CNIPI n’ont pas vocation à être relayées de la sorte, ce d’autant que la présentation faite par l’IGAS sur le post-internat a précisément fait l’objet de débats vifs : à l’évidence le consensus est loin d’être atteint, et des déclarations fantaisistes sur « les derniers feux du clinicat » ne méritent pas l’audience du Quotidien du Médecin.

Sur le fond surtout. Il est nécessaire de répondre à l’augmentation massive du nombre d’internes, en garantissant à ces derniers la possibilité d’une formation qualifiante. La séniorisation de la dernière année d’internat est une piste. La création de postes d’assistants spécialistes en est une autre. Mais ce n’est certainement pas parce que tous les internes ne pourront prétendre au prestige d’un poste de chef de clinique qu’il faut supprimer le clinicat !

Rappelons que les chefs de cliniques sont des hospitalo-universitaires et qu’à ce titre ils assurent une triple mission de soin, de recherche et d’enseignement. A l’heure du grand emprunt, à l’heure des progrès majeurs attendus de la création d’instituts hospitalo-universitaires et de la réforme de la gouvernance des CHU, il est hors de question de mettre en danger la valence recherche des hospitalo-universitaires par un nivellement par le bas. Rappelons que la recherche assurera l’avenir économique de la France à long terme. Quant à l’enseignement, tout simplement oublié dans le projet ubuesque de l’IGAS qui semble résumer le clinicat à un simple complément de formation initiale, il est la meilleure garantie d’une formation d’excellence des étudiants, externes et internes. A l’heure d’une augmentation sans précédent des effectifs étudiants dans les CHU, il est d’ailleurs légitime et indispensable de renforcer et valoriser cette activité d’enseignement.

Le clinicat restera ce qu’il est dans l’esprit de tous les médecins exerçant ou en formation : la garantie de l’excellence.

Contacts presse :
André GayPrésident de l’ISNCCA
Olivier Mir
Vice-président de l’ISNCCA

Develop'it Copyright © ISNCCA 2005-2017 - Mentions légales