Actualitée proposée par l'ISNCCA

Posté par Céline GAGNEPAIN, le Vendredi 25 Mars 2005 Imprimer
La crise de la chirurgie n’est pas résolue

La signature du relevé de conclusions pour les chirurgiens libéraux a permis de corriger des insuffisances dans la valorisation des actes chirurgicaux.
Pourquoi cela ne se fait-il pas pour les hospitaliers ?

Il est illusoire de croire que la crise des vocations des étudiants est résolue.
De même il est illusoire de croire que les carrières hospitalières sont attractives, bien au contraire.

Rappelons que plus de 80% des Chefs de Clinique Assistants quittent l’hôpital à la fin de leur Clinicat en chirurgie, ce pourcentage va s’aggraver.
Qui formera les étudiants et qui opérera les patients dans quelques années ?

Les vocations des étudiants en médecine pour la chirurgie naissent durant leurs études.
Par conséquent ce sont les conditions d’exercice des Internes, des Chefs de Clinique et des Praticiens Hospitaliers que les étudiants observent qu’il faut rendre séduisantes.

L’ISNCCA demande que :
- les actes à haut niveau de responsabilité, d’exigence et sans délégation possible soient valorisés. Cela passe par l’établissement d’un contrat individualisé répondant aux compétences et à la qualité de pratique
- la formation des 2ème et 3ème cycle des études médicales, notamment en chirurgie, soit enfin tournée vers les étudiants
- la permanence des soins rendant compte de la pénibilité soit valorisée
- l’organisation des plateaux techniques soit redéfinie

Le gouvernement tergiverse pour acter ces mesures.

L’ISNCCA a déposé un préavis de grève pour mercredi 1er septembre : « déposons les bistouris ».

L’ISNCCA se réserve le droit de déclencher un mouvement plus dur encore si un relevé de conclusions hospitalier n’est pas signé dans les plus brefs délais.

Dr André Nazac
Dr Stéphane Litrico