Actualitée proposée par l'ISNCCA

Posté par Céline GAGNEPAIN, le Mercredi 20 Février 2019 Imprimer
Jeunes Médecins entend l’inquiétude de la Conférence des Doyens



Jeunes Médecins entend l’inquiétude de la Conférence des Doyens


Jeunes Médecins a lu avec la plus grande attention la Tribune1 écrite par la Conférence des Doyens concernant les réformes en cours des études de médecine et partage l’inquiétude de cette dernière même si certains points méritent d’être débattus.

Concernant l’analyse de la démographie médicale, Jeunes Médecins considère également qu’il faut sortir d’une vision alarmiste, d’autant plus à l’heure de l’émergence de nouveaux métiers comme les infirmiers-ères de pratique avancée et du transfert de compétences aux autres professions médicales, ce à quoi les jeunes médecins souscrivent.

Jeunes Médecins s’associe également aux cris d’alerte des Doyens sur les risques de dégradation de la formation qu’entraineraient les modifications portées par le projet de loi Santé. En effet, si l’augmentation des effectifs des étudiants devait se faire essentiellement sur les territoires où il existe un manque de médecins, il s’agira également des territoires où le nombre d’enseignants dans les UFR sont les plus faibles. Cela aboutirait à une iniquité dans l’encadrement des étudiants ce qui pourrait porter atteinte à terme à la qualité des soins.

En revanche, Jeunes Médecins interroge la notion de professionnalisation précoce des étudiants en médecine. En effet, comme le souligne la Conférence des Doyens, alors que nous traversons une révolution technologique et organisationnelle en santé, il est difficile de penser que la pratique de la médecine de demain sera celle d’aujourd’hui. Sortons d’une vision d’une médecine à la Bichat. Si nous ne voulons pas que les futurs médecins formés aujourd’hui ne se retrouvent obsolètes à horizon 10 ans, Jeunes Médecins préconise une entrée dans les études de médecine via un parcours Licence indifférencié avec sélection à l’entrée en Master Médecine avec une orientation majoritaire vers un master en Médecine ambulatoire de premier recours, permettant ainsi une plus grande adaptabilité des futurs professionnels à un avenir incertain.

Pour toutes ces raisons, Jeunes Médecins appuie la demande de la Conférence des Doyens de sursoir d’au moins un an la réforme des études de médecine (et autres professionnels de santé) et demande à être associé à la démarche de concertation en tant que représentation des jeunes universitaires dont certain-e-s seront les Doyen-ne-s de demain !

Contact presse :
Emanuel LOEB, Président de Jeunes Médecins
president@jeunesmedecins.fr

1 https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/02/18/reforme-des-etudes-medicales-la-repartition-territoriale-des-medecins-doit-etre-mieux-harmonisee-avec-les-besoins_5424921_3232.html