Actualitée proposée par l'ISNCCA

Posté par Céline GAGNEPAIN, le Mercredi 30 Mai 2018 Imprimer
Gardes aux urgences : les jeunes médecins ne doivent pas être la variable d’ajustement des carences hospitalières

Communiqué de presse du 30/05/2018 de l'ISNCCA.



Gardes aux urgences : les jeunes médecins ne doivent pas être la variable d’ajustement des carences hospitalières.

Alors que vient de s’ouvrir la nouvelle édition de la « Paris HealthCare Week » à laquelle participe l’ISNCCA, notamment dans le cadre des discussions sur l’attractivité de l’hôpital public, force est de constater que les actions menées sur le terrain sont loin des intentions affichées.

En effet, dans de nombreux CHU, les jeunes praticiens (CCA, assistants, jeunes PH) sont désignés d’office pour réaliser les gardes au sein des services d’urgences alors même que ceux-ci contribuent déjà grandement à l’activité et la permanence des soins dans leurs propres services. Outre les contraintes horaires qu’imposent ces obligations sur les jeunes praticiens, entrainant régulièrement des désorganisations de leurs services d’origine, la question de la pertinence du recours à ces non spécialistes de la médecine d’urgence peut se poser. En effet, la spécialité de médecine d’urgence étant une spécialité à part entière avec ses spécificités, est-il acceptable d’affecter à de telles tâches des praticiens non aguerris à ce type de prise en charge ?

Ainsi, l’ISNCCA dépose ce jour un préavis de grève afin d’alerter sur la situation des jeunes praticiens dans les différents services d’urgences et demande à ce que soit mis en place dans les plus brefs délais un modus vivendi respectant les organisations de travail des jeunes praticiens non urgentistes et urgentistes, et permettant une prise en charge spécialisée pour les patients se présentant dans les services d’urgences.

Contact presse :
Emanuel LOEB, Président de l’ISNCCA
president@isncca.org